OBÉSITÉ : Découverte d’un neurocircuit de l’équilibre énergétique

Mais comment la leptine, une hormone fabriquée par la graisse corporelle, supprime-t-elle l'appétit ? (Visuel Fotolia 200656182)

Mais comment la leptine, une hormone fabriquée par la graisse corporelle, supprime-t-elle l’appétit ? Cette étude d’une équipe d’endocrinologues de l’Université d’Utrecht décrypte pour la première fois un nouveau neurocircuit qui en connectant via la leptine, les réserves de graisse corporelle et le système de récompense de la dopamine du cerveau régule ou peut réguler les comportements alimentaires. Ces travaux, menés chez l’animal et publiés dans la revue Biological Psychiatry, expliquent comment l’hormone leptine freine la suralimentation et ouvrent de nouvelles perspectives pour lutter contre l’obésité.

 

La leptine appelée « hormone de la satiété » agit comme un lien critique entre le corps et le cerveau, apportant au cerveau des informations sur l’état métabolique et exerçant ainsi un contrôle sur l’équilibre énergétique. Ainsi, il a été démontré que les animaux déficients en leptine deviennent rapidement obèses. Ce processus de régulation de l’équilibre énergétique et donc de la prise alimentaire semble favorisé par une communication, via la leptine, entre les réserves caloriques (la graisse corporelle) et le système de récompense de la dopamine du cerveau.

L’axe leptine-dopamine crucial pour le contrôle du poids corporel

Jusqu’à ces travaux, les modes d’action ou de communication de cet axe leptine-dopamine restaient mal compris. On savait que la leptine régule la prise alimentaire en envoyant des signaux aux zones du cerveau impliquées dans les comportements alimentaires, mais qu’elle diminue également la valeur de récompense inhérente aux aliments en engageant le système de récompense de la dopamine (DA) du cerveau. Cette voie de récompense alimentaire implique des neurones dopaminergiques de la zone tegmentale ventrale (VTA) qui envoient des signaux au noyau accumbens (NAc), mais la plupart de ces neurones dopaminergiques ne sont pas équipés de récepteurs pour la leptine (?).

 

Alors comment communiquent leptine et dopamine ? A l’aide de technologies de pointe, dont l’optogénétique, la chimiogénétique et l’électrophysiologie, les chercheurs sont parvenus à cartographier un nouveau microcircuit. Les scientifiques ont découvert que si les récepteurs de la leptine étaient peu présents sur les neurones dopaminergiques, ils l’étaient fortement sur les neurones inhibiteurs qui régulent l’activité des neurones dopaminergiques. Ainsi la leptine joue via ces récepteurs,

  • « un rôle modulateur clé dans un circuit élégant qui connecte les circuits de récompense mésencéphale et limbique. En supprimant, via ces neurones inhibiteurs, l’activité des neurones dopaminergiques dans le mésencéphale qui signalent la récompense et favorisent alimentation, la leptine réduit l’apport alimentaire ».

 

Ainsi, le ciblage de ces neurones inhibiteurs des neurones dopaminergiques pourrait constituer une nouvelle voie pour le traitement des troubles du comportement alimentaire et de l’obésité.  

Source: Biological Psychiatry February 22, 2021 DOI: 10.1016/j.biopsych.2021.02.017 Identification of novel neurocircuitry through which leptin targets multiple inputs to the dopamine system to reduce food reward seeking

Plus sur la Leptine sur Nutrition Blog et Obésité Blog

Équipe de rédaction Santélog

Cet article OBÉSITÉ : Découverte d’un neurocircuit de l’équilibre énergétique est apparu en premier sur Santé blog.

The post OBÉSITÉ : Découverte d’un neurocircuit de l’équilibre énergétique first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu