RHUMATISMES : Pourquoi il ne faut pas s’arrêter de pratiquer l’exercice

Aux personnes atteintes de maladies rhumatismales, telles que la polyarthrite rhumatoïde et le lupus, et éprouvant des douleurs en raison de la maladie, cette équipe de la Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo (FAPESP) recommande « comme à tout le monde », au moins 150 minutes d’exercice modéré à vigoureux par semaine. L’étude, publiée dans la revue Rheumatology, confirme l’importance de ne pas cesser de pratiquer pour limiter le risque cardiovasculaire, plus élevé, chez ces patients rhumatismaux.

 

De nombreuses études ont montré que les personnes atteintes de maladies rhumatismales (ou articulaires) ont un risque plus élevé de crises cardiaques ou d’AVC ou encore de développer une angine de poitrine. Globalement, chez les patients atteints de rhumatisme, le risque dd’athérosclérose, l »un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire, est plus élevé qu’en population générale.

Cette revue de la littérature scientifique sur le sujet montre que chez ce groupe de patients, maintenir la pratique d’un exercice régulier maintient « à flot » la fonction vasculaire.

 

Les maladies rhumatismales résultent d’un déséquilibre du système immunitaire qui conduit à la production d’anticorps contre les propres organes de l’hôte, les articulations, les muscles, les ligaments et les tendons. Il n’existe pas de traitement définitif pour ces maladies et seuls leurs symptômes peuvent être plus ou moins bien contrôlés par des médicaments anti-inflammatoires, des immunosuppresseurs et des produits biologiques. Ces traitements n’empêchent pas le développement de certaines comorbidités, dont les maladies cardiovasculaires. En effet, L’athérosclérose se développe rapidement chez ces patients en raison de l’inflammation chronique associée à la maladie rhumatismale et de l’utilisation continue de médicaments anti-inflammatoires. Les altérations de la fonction vasculaire, en particulier de la fonction endothéliale, sont des marqueurs de développement de l’athérosclérose.

Le risque de crise cardiaque est 2 fois plus élevé chez les patients polyarthritiques

et, pour les personnes atteintes de lupus ou de rhumatisme psoriasique, l’incidence des événements ischémiques, infarctus, angor et AVC est de 2 à 5 fois plus élevé.

Activité physique vs risque cardiovasculaire chez les patients rhumatismaux

Les chercheurs brésiliens, avec des collègues britanniques ont identifié et combiné 10 études portant au total sur 355 participants atteints de différentes maladies articulaires, dont la polyarthrite rhumatoïde, le lupus et la spondylarthrite (inflammation de la colonne vertébrale). Les participants ont été invités à suivre des programmes d’exercices tels que la marche en extérieur ou sur tapis roulant, la pratique du vélo stationnaire, l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) et des exercices de renforcement musculaire. La plupart des programmes duraient 12 semaines. L’analyse confirme que :

 

l’exercice améliore et maintient la fonction endothéliale des petits et grands vaisseaux de manière significative « et permet donc de réduire l’incidence des événements cardiovasculaires », précise Tiago Peçanha, auteur principal et chercheur à l’Université de São Paulo ;
les preuves ne sont pas suffisantes pour affirmer que l’exercice pourrait permettre une récupération des artères endommagées. Cela devra faire l’objet de recherches complémentaires ;
Les exercices d’aérobie semblent les plus efficaces à maintenir la santé vasculaire mais devraient être complétés par des activités qui favorisent la force et l’équilibre.

 

Des recherches supplémentaires seront également nécessaires pour identifier les meilleurs protocoles d’exercice, valider leur sécurité, et garantir une bonne observance des patients. Cependant, ces premières données confirment le rôle clé de l’exercice régulier pour prévenir le risque cardiovasculaire chez les patients atteints de maladies rhumatismales.

 

« Comme pour tout le monde, au moins 150 minutes d’exercice modéré à vigoureux par semaine sont de mise ».

Source : Rheumatology  30 January 2021 DOI : 10.1093/rheumatology/keab094 EFFECTS OF PHYSICAL ACTIVITY ON VASCULAR FUNCTION IN AUTOIMMUNE RHEUMATIC DISEASES: A SYSTEMATIC REVIEW AND META-ANALYSIS

Plus sur Rhumato/fibromyalgie Blog

Équipe de rédaction Santélog

Cet article RHUMATISMES : Pourquoi il ne faut pas s’arrêter de pratiquer l’exercice est apparu en premier sur Santé blog.

The post RHUMATISMES : Pourquoi il ne faut pas s’arrêter de pratiquer l’exercice first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu