cerveauDifférent. Le cerveau s’emballe souvent et les personnes atteintes de TDAH vivent le monde d’une manière que les autres ne comprennent pas facilement ou avec laquelle ils ne s’identifient pas.

Elles sont dépassées, secrètement ou ouvertement, par le stress constant causé par les symptômes du TDAH. Garder la vie quotidienne sous contrôle demande beaucoup plus de travail que ce que les autres réalisent. Même si ce n’est pas toujours apparent, le TDAH peut donner l’impression à quelqu’un qu’il lutte pour garder la tête hors de l’eau.

Subordonné à son conjoint. Leur partenaire passe beaucoup de temps à les corriger ou à diriger le spectacle. Les corrections les font se sentir incompétents, et contribuent souvent à une dynamique parent-enfant. Les hommes peuvent décrire ces interactions comme un sentiment d’émasculation.

Honteux. Ils cachent souvent une grande part de honte, parfois en compensant par des fanfaronnades ou des reculs.

Mal aimées et non désirées. Les rappels constants des conjoints, des patrons et des autres personnes qui leur rappellent qu’ils doivent “changer”, renforcent le fait qu’ils sont mal aimés tels qu’ils sont.

Peur d’échouer à nouveau. À mesure que leurs relations se détériorent, le risque de punition en cas d’échec augmente. Mais leurs incohérences résultant du TDAH signifient que ce partenaire échouera à un moment donné. Anticiper l’échec entraîne une réticence à essayer.

Le désir d’être accepté. L’un des désirs émotionnels les plus forts des personnes atteintes de TDAH est d’être aimées telles qu’elles sont, malgré les imperfections.

Ce que ressent souvent le partenaire qui n’est pas atteint de TDAH :

Non désiré ou non aimé. Le manque d’attention est interprété comme un manque d’intérêt plutôt que comme une distraction. L’un des rêves les plus courants est d’être “chéri” et de recevoir l’attention de son conjoint que cela implique.

La colère et le blocage émotionnel. La colère et le ressentiment imprègnent de nombreuses interactions avec le conjoint atteint de TDAH. Parfois, cette colère s’exprime sous la forme d’une déconnexion. Dans un effort pour contrôler les interactions de colère, certains conjoints non-TDAH tentent de bloquer leurs sentiments en les enfermant à l’intérieur.

Ils sont alors incroyablement stressés. Les conjoints non atteints de TDAH assument souvent la grande majorité des responsabilités familiales et ne peuvent jamais baisser leur garde. La vie peut s’effondrer à tout moment à cause de l’incohérence du conjoint atteint de TDAH.

Ignorée et offensée. Pour un conjoint non-TDAH, il est insensé que le conjoint TDAH n’agisse pas plus souvent sur la base de l’expérience et des conseils de son partenaire non-TDAH lorsqu’il est “clair” sur ce qui doit être fait.

Epuisé et épuisé. Le conjoint non atteint de TDAH assume trop de responsabilités et aucun effort ne semble pouvoir réparer la relation.

Frustré. Un conjoint non atteint de TDAH peut avoir l’impression que les mêmes problèmes reviennent sans cesse (une sorte d’effet boomerang).

Adapté de The ADHD Effect on Marriage : Comprendre et reconstruire votre relation en six étapes, par Melissa C. Orlov

Assumez votre rôle

Une fois que vous vous êtes mis à la place de votre partenaire, il est temps d’accepter la responsabilité de votre rôle dans la relation. Le progrès commence lorsque vous prenez conscience de vos propres contributions aux problèmes que vous avez en tant que couple. Cela vaut également pour le partenaire non atteint de TDAH.

Bien que les symptômes du partenaire souffrant de TDAH puissent déclencher un problème, les symptômes ne sont pas les seuls responsables du problème relationnel. La façon dont le partenaire non-TDAH réagit au symptôme gênant peut soit ouvrir la porte à la coopération et au compromis, soit provoquer des malentendus et blesser les sentiments. Si c’est vous qui souffrez de TDAH, vous êtes également responsable de la façon dont vous réagissez aux préoccupations de votre partenaire. Votre réaction peut soit donner à votre partenaire le sentiment d’être validé et écouté, soit être ignoré et méconnu.

S’affranchir de la dynamique parent-enfant

De nombreux couples se sentent coincés dans une relation parent-enfant insatisfaisante, le partenaire non atteint de TDAH jouant le rôle du parent et le partenaire atteint de TDAH celui de l’enfant. Cela commence souvent lorsque le partenaire atteint de TDAH ne parvient pas à accomplir certaines tâches, comme oublier de payer la facture du câble, laisser du linge propre en pile sur le lit ou laisser les enfants en rade après avoir promis de les récupérer. Le partenaire non atteint de TDAH assume de plus en plus de responsabilités ménagères.

Plus le partenariat est déséquilibré, plus il éprouve du ressentiment. Il devient plus difficile d’apprécier les qualités et les contributions positives du conjoint atteint de TDAH. Bien sûr, le partenaire atteint de TDAH le ressent. Il commence à avoir l’impression qu’il est inutile d’essayer et rejette le conjoint non atteint de TDAH, le considérant comme contrôlant et impossible à satisfaire. Alors que pouvez-vous faire pour briser ce schéma ?

Conseils pour le partenaire non-TDAH :

  • Vous ne pouvez pas contrôler votre conjoint, mais vous pouvez contrôler vos propres actions. Mettez immédiatement un terme aux attaques verbales et aux harcèlements. Ni l’un ni l’autre ne donne de résultats.
  • Encouragez votre partenaire lorsqu’il fait des progrès et reconnaissez ses réalisations et ses efforts.
  • Dans la mesure du possible, essayez de vous concentrer sur les intentions de votre partenaire plutôt que sur ce qu’il fait réellement. Il peut perdre sa concentration en vous écoutant, par exemple, mais cela ne signifie pas qu’il ne se soucie pas de ce que vous avez à dire.
  • Cessez d’essayer d’être le “parent” de votre partenaire. C’est destructeur pour votre relation et démotivant pour votre conjoint.

Conseils pour le partenaire atteint de TDAH :

  • Reconnaissez le fait que vos symptômes de TDAH interfèrent avec votre relation. Il ne s’agit pas seulement d’un cas où votre partenaire est déraisonnable.
  • Explorez les possibilités de traitement. Au fur et à mesure que vous apprendrez à gérer vos symptômes et que vous deviendrez plus fiable, votre partenaire se calmera.
  • Si des émotions fortes font dérailler les conversations avec votre partenaire, convenez à l’avance que vous devez prendre un temps d’arrêt pour vous calmer et vous recentrer avant de continuer.
  • Trouvez des moyens de gâter votre conjoint. Si votre partenaire se sent pris en charge par vous – même à petite échelle – il se sentira moins comme votre parent.

Arrêtez de vous battre et commencez à communiquer

Comme vous l’avez déjà vu, la communication entre partenaires est souvent rompue lorsque le TDAH est en cause. L’un des partenaires se sent surchargé. L’autre se sent attaqué. Ils finissent par se battre entre eux plutôt que de s’attaquer au problème.

S’engager dans une thérapie peut dès lors s’avérer le meilleur choix à faire pour avancer dans la vie et surmonter les obstacles qui se dressent devant vous ou votre couple. Pour ce faire, il suffit de nous appeler ou remplir le formulaire de contact afin que nous puissions vous orienter vers le psychothérapeute qui saura répondre à vos besoins et attentes.

Menu