TUBERCULOSE : Et si on raccourcissait le traitement ?

L’une des clés pour éradiquer cette infection mondiale majeure, la tuberculose, qui fait chaque année plus de 1,5 million de décès, serait de développer in traitement suffisamment efficace contre les formes ultra-résistantes de la maladie, mais aussi un traitement plus court, ce qui favoriserait son observance et donc réduirait l’émergence de nouvelles résistances. Cet essai clinique publié dans le New England Journal of Medicine, démontre l’efficacité d’un traitement antituberculeux combiné de 4 mois. Ces résultats apportent l’espoir de parvenir à contrer le retard dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte charge, en raison de la pandémie de COVID-19.

 

La tuberculose est une infection à Mycobacterium (MTB : Mycobacterium tuberculosis). Cette bactérie infecte généralement les poumons après une transmission aérienne. Elle « s’enferme » dans un granulome, une petite zone d’inflammation et pendant des mois ou des années, le corps peut contenir l’infection. Cependant, si le système immunitaire s’affaiblit ou si le granulome est affecté, la bactérie prolifère et le patient développe des symptômes pouvant inclure la fièvre, une toux avec ou sans production de crachats, une perte de poids et la fatigue.

 

Chaque année, 10 millions de personnes contactent la tuberculose et la maladie entraîne 1,5 million de décès. 40% des formes de la maladie sont résistantes aux traitements de première ligne. Après la TB, la MDR-TB, la XDR-TB, la TDR-TB (totally drug-resistant), de nouvelles formes totalement incurables émergent. Ce phénomène commence lorsque la souche devient résistante à l’isoniazide et la rifampicine, les 2 médicaments les plus couramment utilisés pour traiter la maladie.

Enfin, le traitement de la TB est long, il consiste en général en antibiotiques pris sur 6 mois ou plus, une durée qui constitue un obstacle certain à son observance. Et la non-observance favorise l’émergence de résistances.

4 mois de polythérapie rifapentine + moxifloxacine (fluoroquinolone)

Le schéma thérapeutique standard contre la tuberculose comprend 4 médicaments: la rifampicine, l’isoniazide, le pyrazinamide et l’éthambutol. C’est un schéma « gagnant » qui aboutit à la guérison dans 95% des cas. Mais le nouveau schéma rifapentine-moxifloxacine, plus court dans la durée de traitement, s’avère tout aussi efficace, sûr et bien toléré par rapport au traitement standard.

 

L’essai multisite, mené auprès de plus de 2.500 participants de 13 pays, dont près de 200 participants vivant avec le VIH (qui augmente considérablement le risque d’évolution vers une tuberculose active), avec un suivi de 18 mois, a regardé la survie sans tuberculose un an après, pour les 2 bras (traitement standard et nouveau schéma thérapeutique).

La combinaison des 2 antibiotiques a permis de traiter la tuberculose active aussi efficacement que le schéma standard de 6 mois, montre cet essai clinique international. C’est l’espoir de pouvoir réduire d’un tiers la durée du traitement, relèvent les chercheurs, de l’Université du Texas à San Antonio : « un traitement plus court serait plus simple à observer et serait également plus rentable. D’autant que ces 2 médicaments existent depuis plus de 20 ans et sont largement disponibles ».

 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un quart de la population mondiale a une tuberculose latente et la pandémie COVID-19 a considérablement alourdi le fardeau lié à la maladie : le retard de diagnostic et de traitement lié à la pandémie pourrait causer 6,3 millions de cas de tuberculose supplémentaires dans le monde entre 2020 et 2025.

Source: The New England Journal of Medicine May 6, 2021 DOI : 10.1056/NEJMoa2033400 Four-Month Rifapentine Regimens with or without Moxifloxacin for Tuberculosis

Plus sur la TB

Équipe de rédaction Santélog

Cet article TUBERCULOSE : Et si on raccourcissait le traitement ? est apparu en premier sur Santé blog.

The post TUBERCULOSE : Et si on raccourcissait le traitement ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu