Que sont les troubles de l’alimentation ? (1/2)

Les troubles de l’alimentation sont des troubles du comportement caractérisés par une perturbation grave et persistante des comportements alimentaires et des pensées et émotions pénibles qui y sont associées. Ils peuvent être très graves et affecter les fonctions physiques, psychologiques et sociales. Les types de troubles de l’alimentation comprennent l’anorexie mentale, la boulimie, l’hyperphagie boulimique, le trouble de l’alimentation restrictif par évitement, d’autres troubles spécifiques de l’alimentation, le pica et le trouble de la rumination.

Pris dans leur ensemble, les troubles alimentaires touchent jusqu’à 5 % de la population et se développent le plus souvent à l’adolescence et chez les jeunes adultes. Plusieurs d’entre eux, en particulier l’anorexie mentale et la boulimie, sont plus fréquents chez les femmes, mais ils peuvent survenir à tout âge et toucher tous les sexes. Les troubles de l’alimentation sont souvent associés à des préoccupations concernant la nourriture, le poids ou la forme, ou à l’anxiété liée à l’alimentation ou aux conséquences de la consommation de certains aliments. Les comportements associés aux troubles de l’alimentation comprennent l’alimentation restrictive ou l’évitement de certains aliments, la frénésie alimentaire, la purge par les vomissements ou l’utilisation abusive de laxatifs ou l’exercice compulsif. Ces comportements peuvent devenir des motivations qui ressemblent à celles d’une dépendance.

Les troubles de l’alimentation s’accompagnent souvent d’autres troubles psychiatriques, le plus souvent des troubles de l’humeur et de l’anxiété, des troubles obsessionnels compulsifs et des problèmes d’alcoolisme et de toxicomanie. Il semble que les gènes et l’héritabilité jouent un rôle dans le fait que certaines personnes sont plus exposées aux troubles de l’alimentation, mais ces troubles peuvent également toucher des personnes sans antécédents familiaux. Le traitement doit porter sur les complications psychologiques, comportementales, nutritionnelles et médicales. Ces dernières peuvent inclure les conséquences de la malnutrition ou des comportements de purge, notamment les problèmes cardiaques et gastro-intestinaux, ainsi que d’autres affections potentiellement mortelles. L’ambivalence à l’égard du traitement, le déni d’un problème d’alimentation et de poids, ou l’anxiété liée à la modification des habitudes alimentaires ne sont pas rares. Toutefois, avec un traitement médical approprié, les personnes souffrant de troubles de l’alimentation peuvent reprendre des habitudes alimentaires saines et recouvrer leur santé émotionnelle et psychologique.

Types de troubles de l’alimentation

Anorexie nerveuse

L’anorexie mentale se caractérise par l’auto-affaiblissement et la perte de poids, ce qui entraîne une insuffisance pondérale pour la taille et l’âge. L’anorexie présente le taux de mortalité le plus élevé de tous les diagnostics psychiatriques, à l’exception du trouble de l’usage des opiacés, et peut être une affection très grave. L’indice de masse corporelle ou IMC, une mesure du poids par rapport à la taille, est généralement inférieur à 18,5 chez un adulte souffrant d’anorexie mentale.

Le comportement de régime dans l’anorexie mentale est motivé par une peur intense de prendre du poids ou de devenir gros. Bien que certaines personnes anorexiques affirment vouloir et essayer de prendre du poids, leur comportement ne correspond pas à cette intention. Par exemple, elles peuvent ne manger que de petites quantités d’aliments hypocaloriques et faire de l’exercice de manière excessive. Certaines personnes souffrant d’anorexie mentale font également des excès alimentaires par intermittence ou se purgent en vomissant ou en utilisant des laxatifs.

Il existe deux sous-types d’anorexie mentale :

le type restrictif, dans lequel les individus perdent du poids principalement en suivant un régime, en jeûnant ou en faisant des exercices excessifs, et
La frénésie alimentaire et la purge, dans lesquelles les personnes adoptent également des comportements intermittents de frénésie alimentaire et/ou de purge.

Avec le temps, certains des symptômes suivants peuvent se développer en relation avec les comportements de privation ou de purge :

Arrêt des menstruations
Vertiges ou évanouissements dus à la déshydratation
Cheveux/ongles cassants
Intolérance au froid
Faiblesse et fonte musculaire
Brûlures d’estomac et reflux (chez les personnes qui vomissent)
Constipation sévère, ballonnements et plénitude après les repas

Fractures de stress dues à l’exercice compulsif ainsi que perte osseuse entraînant une ostéopénie ou une ostéoporose (amincissement des os)

Dépression, irritabilité, anxiété, manque de concentration et fatigue.

Les complications médicales graves peuvent mettre la vie en danger et comprennent des anomalies du rythme cardiaque, en particulier chez les patients qui vomissent ou utilisent des laxatifs, des problèmes rénaux ou des crises d’épilepsie.

Le traitement de l’anorexie mentale consiste à aider les personnes concernées à normaliser leurs comportements alimentaires et de contrôle du poids et à rétablir leur poids. L’évaluation médicale et le traitement de toute affection psychiatrique ou médicale concomitante constituent un élément important du plan de traitement. Le plan nutritionnel doit viser à aider les personnes concernées à lutter contre l’anxiété liée à l’alimentation et à s’entraîner à consommer une gamme large et équilibrée d’aliments de différentes densités caloriques au cours de repas régulièrement espacés. Pour les adolescents, le traitement le plus efficace consiste à apprendre aux parents à soutenir et à surveiller les repas de leur enfant. Il est également important de s’attaquer à l’insatisfaction corporelle, mais celle-ci est souvent plus longue à corriger que le poids et le comportement alimentaire.

Dans le cas d’une anorexie mentale grave, lorsque le traitement ambulatoire n’est pas efficace, l’admission dans un programme spécialisé comportemental en milieu hospitalier ou résidentiel peut être indiquée. La plupart des programmes spécialisés sont efficaces pour rétablir le poids et normaliser le comportement alimentaire, bien que le risque de rechute dans la première année suivant la sortie du programme reste important.

Boulimie nerveuse

Les personnes souffrant de boulimie alternent généralement les régimes, ou la consommation d’aliments « sûrs » pauvres en calories, et les crises de boulimie d’aliments « interdits » riches en calories. L’hyperphagie boulimique se définit comme la consommation d’une grande quantité de nourriture sur une courte période, associée à un sentiment de perte de contrôle de ce que l’on mange ou de la quantité que l’on mange. Le comportement de frénésie alimentaire est généralement secret et associé à des sentiments de honte ou d’embarras. Les crises peuvent être très importantes et la nourriture est souvent consommée rapidement, au-delà de la satiété, au point de provoquer des nausées et un malaise.

Les crises se produisent au moins une fois par semaine et sont généralement suivies de ce que l’on appelle des « comportements compensatoires » pour éviter la prise de poids. Ces comportements peuvent inclure le jeûne, les vomissements, l’utilisation abusive de laxatifs ou l’exercice compulsif. Comme dans le cas de l’anorexie mentale, les personnes atteintes de boulimie sont excessivement préoccupées par des pensées liées à la nourriture, au poids ou à la forme, qui ont un impact négatif et disproportionné sur leur estime de soi.

Les personnes atteintes de boulimie peuvent avoir un poids légèrement inférieur à la normale, un poids normal, une surcharge pondérale ou même être obèses. Toutefois, si elles sont en sous-poids, on considère qu’elles souffrent d’anorexie mentale de type boulimie/purgitation et non de boulimie. Les membres de la famille ou les amis peuvent ne pas savoir qu’une personne souffre de boulimie parce qu’elle ne semble pas avoir un poids insuffisant et parce que ses comportements sont cachés et peuvent passer inaperçus aux yeux de ses proches. Les signes possibles d’une boulimie sont les suivants :

Des visites fréquentes aux toilettes justes après les repas
Disparition de grandes quantités de nourriture ou emballages et récipients vides inexpliqués.
Maux de gorge chroniques
Gonflement des glandes salivaires dans les joues
Caries dentaires résultant de l’érosion de l’émail des dents par l’acide gastrique.
Brûlures d’estomac et reflux gastro-œsophagien
Mauvaise utilisation de laxatifs ou de pilules amaigrissantes
Diarrhée récurrente inexpliquée
Mauvaise utilisation des diurétiques (pilules pour l’eau)
Vertiges ou évanouissements dus à des comportements de purge excessifs entraînant une déshydratation.

La boulimie peut entraîner des complications rares mais potentiellement mortelles, notamment des déchirures œsophagiennes, une rupture gastrique et des arythmies cardiaques dangereuses. Un suivi médical en cas de boulimie grave est important pour identifier et traiter toute complication éventuelle.

La thérapie cognitivo-comportementale ambulatoire pour la boulimie est le traitement dont les preuves sont les plus solides. Elle aide les patients à normaliser leur comportement alimentaire et à gérer les pensées et les sentiments qui perpétuent le trouble. Les antidépresseurs peuvent également être utiles pour diminuer les envies de se gaver et de vomir.

 

Menu